Groupement Sportif de la Côte de l'Espace : site officiel du club de foot de GOUVILLE SUR MER - footeo

Le Marquage

Les différents types de défenses centrales


L'ossature d'une équipe repose beaucoup sur une charnière centrale solide et rassurante. Différentes associations sont possibles, alignant des joueurs soit complémentaires, soit au profil relativement identique, différents systèmes, selon que l'on opte pour une défense de zone ou du marquage individuel, et différentes tâches attribuées à cette charnière centrale, ces trois aspects étant bien entendu interdépendants. Quels sont donc les différents types de charnière centrale possibles ? Éclairage.



Avant toute chose, il convient de signaler qu'il ne sera ici question que de charnières centrales évoluant au sein d'une défense à quatre. Les défenses à trois ou à cinq ont d'autres spécificités et d'autres modulations possibles, qui seront étudiées dans un article futur.

- Du marquage individuel à la défense de zone

L'organisation défensive n'a pas été figée dans le temps. Les années 90 ont ainsi marqué une rupture. Le génial tacticien italien Arrigo Sacchi, qui a conduit le Milan AC à la victoire en Ligue des Champions en 1989 et 1990, entre autres, a systématisé la défense en ligne (les quatre défenseurs alignés) et le marquage de zone, rompant avec la tradition transalpine du catenaccio, basée sur un marquage individuel et un libéro soit derrière la défense, soit plus offensif suivant certaines variantes. Le libéro dans son sens classique a donc peu à peu disparu, d'autant que l'interdiction faite aux gardiens de jouer de la main une passe d'un coéquipier a forcé ces derniers à développer leur jeu au pied. Ils ont ainsi endossé le rôle de premier relanceur, ainsi que de dernier défenseur, sortant hors de leur surface pour couper les ouvertures adverses dans le dos de la défense. Aujourd'hui, dans une arrière-garde à quatre, c'est donc la défense de zone qui prévaut. Mais avant d'aller plus loin, il convient d'étudier ces deux systèmes.

> Le marquage individuel

Dans ce cas, il y a toujours un seul membre de la charnière centrale affecté au marquage d'un attaquant. Face à une équipe évoluant avec deux attaquants, cela implique qu'un des défenseurs latéraux vienne marquer le second. Le deuxième défenseur central a un rôle de libéro, couvrant sa défense si celle-ci se fait passer ou en cas d'ouvertures dans son dos. Quant au joueur au marquage, il ne doit pas tant se soucier de sa position que de celle de son adversaire, qu'il doit serrer au plus près. Pour illustrer ce point, citons George Kimpton, entraîneur de l'équipe de France lors de la Coupe du monde 1934, qui avait confié le marquage de l'Autrichien Matthias Sindelar (le « Mozart du football ») à Georges Verriest en lui disant « S'il va aux toilettes, tu y vas aussi. » Le défenseur assigné au marquage individuel ne doit donc se préoccuper que du joueur qu'il marque, le libéro étant chargé de boucher les espaces et de colmater les brèches.

Le stoppeur (S) colle son attaquant, le libéro (L) couvre les espaces.



> La défense de zone

La défense de zone, comme son nom l'indique, consiste à garder une zone précise du terrain. Pour une charnière centrale, cela signifie que les deux joueurs qui la composent restent chacun à leur poste, ne prenant un joueur au marquage que si celui-ci entre dans la zone qu'ils ont à leur charge. Dès lors, le défenseur concerné doit être agressif et ne pas se faire passer, tandis que son coéquipier est chargé de la couverture et en position de soutien en cas de nécessité. Pour qu'une telle organisation fonctionne, la communication est primordiale, pour ne pas donner un temps d'avance à l'attaquant qui se déplacerait d'une zone à l'autre. Dans le cas où les deux défenseurs auraient un joueur à marquer, l'ensemble de la défense et du milieu de terrain doivent coulisser pour qu'il y ait toujours un joueur en couverture, afin de ne pas se trouver en infériorité numérique si un défenseur se fait éliminer.

Chaque défenseur central (DC Gauche et Droit) a une zone à garder.


- Les associations possibles

> Dans le cas d'un marquage individuel
Un libéro derrière la défense et un stoppeur
Dans cette configuration, le stoppeur, défenseur solide dans les duels et dur sur l'homme, a pour charge de museler l'attaquant de pointe adverse. Le libéro, quant à lui, couvre l'ensemble de la défense, coupe les passes en profondeur, et dirige l'arrière-garde grâce à son recul et la vision du jeu plus ample que cela implique. Le libéro doit également être doté d'une bonne qualité de relance pour orienter le jeu de l'arrière, et initier des contre-attaques à la récupération du ballon. Le stoppeur n'a lui pas de rôle dans la construction des actions, laissant justement ce rôle au libéro.


Exemple:La charnière centrale composée en équipe de France par Laurent Blanc en tant que libéro et Marcel Desailly en tant que stoppeur, l'une des bases de la victoire des Bleus à la Coupe du monde 98, est typique de ce système. Cette association entre un Blanc fin technicien et très intelligent dans son placement, et un Desailly, surnommé « The Roc », dur sur l'homme et solide dans les duels, était très complémentaire, garantissant à la fois une présence athlétique et de la qualité dans la relance pour ne pas perdre le ballon trop rapidement.

Un libéro libre et un stoppeur
Dans ce système, essentiellement mis en place en Allemagne pour profiter des qualités tant défensives qu'offensives de joueurs tels que Franz Beckenbauer, Lotthar Matthaüs ou Matthias Sammer, on retrouve à nouveau un stoppeur dur sur l'homme au marquage individuel, mais un libéro dans un tout autre rôle. Libre de tout marquage, le libéro peut en effet être également un atout offensif, électron libre entre l'attaque et la défense, et participant donc à la construction des actions. Dans ce cas, les libéros sont souvent des milieux offensifs reconvertis, capable d'endosser le rôle de meneur de jeu grâce à leurs qualités techniques et leur vision du jeu.


Exemple:Franz Beckenbauer, le « Kaiser », est à l'origine de cette mutation dans le rôle du libéro. C'est à l'initiative de son entraîneur au Bayern Munich, le Yougoslave Branko Zebec, qu'il allait passer du poste de milieu défensif, où il manquait de l'endurance nécessaire, à celui de libéro libre de ses mouvements. En situation défensive, il se plaçait ainsi derrière sa défense, comme un libéro traditionnel, mais se projetait vers l'avant dès la récupération du ballon, pour orienter le jeu. Ses performances lui ont permis de remporter deux Ballons d'Or, en 1972 et 1976.


> Dans le cas d'une défense de zone
Un stoppeur et un relanceur
Ce système est devenu assez commun aujourd'hui. La défense en ligne ayant supprimé le poste de libéro, le rôle n'a néanmoins pas totalement disparu. Dans cette association, un des deux joueurs de la charnière centrale a les caractéristiques du libéro classique : bonne relance, bonne vision du jeu. Il est le premier relanceur de son équipe. Mais il est aussi doté des qualités défensives proches de celles d'un stoppeur, puisqu'il est parfois amené à être au marquage dans une défense de zone. Reste que le plus souvent, il laisse le soin à son coéquipier de la défense centrale, qui a le profil d'un stoppeur pur, de marquer l'attaquant adverse, coulissant légèrement de son côté pour le couvrir, couper les passes, ou compenser l'élimination d'un milieu de terrain. Le stoppeur lui laisse le soin de relancer, se concentrant principalement sur sa tâche défensive.


Exemple:La défense centrale du FC Barcelone, composée de Carles Puyol et de Gerard Piqué, est une bonne illustration de ce type de charnière centrale. Puyol a toutes les caractéristiques du stoppeur : dur sur l'homme, présent dans les airs, solide dans les duels. De son côté, Piqué a lui aussi des qualités défensives, auxquelles il ajoute sa vision du jeu et son aisance dans le jeu de passes. Il est ainsi en charge de la relance depuis l'arrière. C'est le style de charnière centrale que Laurent Blanc essaye de mettre en place en équipe de France avec Rami et Méxès.
Deux stoppeurs
De plus en plus de nos jours se développe ce type de charnière centrale, associant deux stoppeurs qui jouent également parfois sur le registre du libéro, mais ne brillent pas particulièrement par leurs qualités techniques. Dans ce cas, l'objectif est essentiellement de se montrer solide, intraitable dans les duels, et de laisser le soin soit aux milieux de terrain, soit aux arrières latéraux, de lancer la construction des actions. Cette organisation, très défensive, a pour but de prendre le dessus athlétiquement sur les attaquants adverses, les deux défenseurs centraux n'ayant aucun rôle offensif hormis sur coups de pied arrêtés.


Exemple:L'association de Rio Ferdinand et Nemanja Vidic à Manchester United correspond bien à ce système, les deux défenseurs étant surtout des défenseurs bons dans les duels et sur l'homme, moins dans la relance. A la récupération du ballon, ils cherchent donc rapidement un milieu de terrain (Scholes, Carrick) ou un arrière latéral (Evra), leur laissant le soin de lancer les attaques.

Laetitia Tesson et 17 autres 1 an
U18 et 4 autres 1 an
[Sujet supprimé] et [Sujet supprimé] plus de 2 ans
le GSCE recrute et Création d'une équipe U19 plus de 6 ans
Le week-end dernier plus de 7 ans
Coupe de France plus de 7 ans
Le week-end dernier plus de 7 ans
Tournoi de Noël à Saint-Lô plus de 7 ans
Bonne année 2011 plus de 7 ans
Bonnes fêtes! plus de 7 ans
Boulettes de gardien! plus de 7 ans
Tirs au but plus de 7 ans
U11 : nouvelle photo plus de 7 ans
U11 plus de 7 ans
Tombola et Pas de matches plus de 7 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Dirigeant